Testostérone et sexualité

La testostérone est l’hormone androgène par excellence. En effet, les hommes en produisent beaucoup et elle influe directement sur leurs comportements. Beaucoup se posent alors des questions sur les liens entre testostérone et sexualité. Quel rôle cette hormone joue-t-elle ? Voici quelques éléments de réponse.

La testostérone, qu’est-ce que c’est ?

La testostérone est connue pour sa participation à la formation de l’appareil génital masculin avant la naissance. Son activité s’arrête ensuite pour ne reprendre qu’à la puberté.

Testostérone et sexualité
La testostérone est une hormone androgène

Cette hormone est également présente chez la femme, mais en très faible quantité.

Responsable de changements métaboliques à l’âge de l’adolescence, la testostérone est secrétée par les testicules chez les messieurs et par les ovaires chez les femmes.

Chez les représentants de la gent masculine, cette hormone joue un rôle déterminant dans l’affirmation de nombreux critères sexuels comme la mue, la pilosité ou encore le développement des organes génitaux. Elle a également une influence sur la sécrétion de spermatozoïdes au niveau des testicules.

La testostérone et la sexualité

La testostérone est donc l’hormone sexuelle masculine. En tant que telle, elle joue un rôle de premier ordre dans le domaine de la sexualité. Elle est déterminante par rapport aux fonctions physiologiques indissociables des activités sexuelles, à savoir le développement des organes sexuels, l’érection puis l’éjaculation.

Au-delà de l’aspect physique et physiologique, cette hormone fait également naître le désir et stimule les envies sexuelles. Cet appétit va alors occasionner des effets sur le corps, à savoir les érections. Grâce à la testostérone, ces dernières peuvent se répéter et durer plus longtemps.

Un homme en bonne santé devrait alors avoir une libido élevée et être performant au lit. Si tel n’est pas le cas, il est fortement possible qu’il soit sujet à une carence en testostérone.

La testostérone et le comportement

Plusieurs scientifiques s’accordent sur le fait que la testostérone a un impact sur la manière d’être globale d’un individu. Certains ont pensé que le changement métabolique frustrerait parfois les jeunes, les conduisant à se renfermer sur eux.

Cependant, de nombreuses expériences ont prouvé cette attitude de repli est en fait causée par un déficit en hormone androgène.

Les résultats obtenus sur des animaux ont permis de comprendre que la testostérone favorise les comportements de dominance et d’agression. La castration par contre, aurait l’effet inverse.

Les hommes rencontrent une baisse de la production de testostérone lorsqu’ils prennent de l’âge. Par conséquent, ils deviennent plus pacifiques, se fatiguent plus vite, sont plus irritables et tendraient même à la dépression.

La testostérone et les compétences physiques

Testostérone, abstinence et performance

Les coachs sportifs ont tendance à le dire aux débutants : « Pas de sexe la veille de l’entraînement ! ». Eh bien, ils pourraient avoir raison. Depuis l’époque de la Grèce antique, il est de notoriété que l’abstinence améliore les performances physiques car elle permettrait de préserver au maximum le taux de testostérone.

De plus, les études portant sur la relation entre testostérone et agressivité renforcent cette hypothèse. Les interactions sociales mises de côté, se priver revient à investir dans ses propres capacités.

Cependant, de récentes recherchent affirment qu’un rapport sexuel plus de 10 h avant la séance n’a pas d’effet sur les performances physiques. Une éjaculation améliorerait le taux de testostérone.

Tout cela ne fait qu’alimenter les doutes. Mais une chose est certaine : la testostérone a sûrement un effet sur les performances physiques.

La testostérone chez les professionnels

La testostérone est aussi consommée comme produit de dopage. Son rôle est alors de faciliter la prise de masse et accélérer l’apparition des résultats suite aux heures passées en salle de musculation (source). En plus, elle donne de l’endurance au consommateur et le motive. Cependant, elle présente plusieurs inconvénients et la plupart des professionnels dans le monde du sport en sont conscients.

L’usage de testostérones synthétiques est strictement interdit et revêt un caractère illégal. Toute trace de ce produit dans le sang lors d’une compétition entraîne la disqualification et même l’interdiction de participer à tout autre évènement sportif pendant une période conséquente.

Que faire en cas de déficit en testostérone ?

Certains le disent mais beaucoup n’y croient pas : le sexe épanouit. En fait, c’est scientifiquement prouvé ! Un homme sexuellement actif améliore légèrement son taux de testostérone. De plus, l’individu est plus énergique et sûr de lui. Que se passe-t-il en cas de déficit de testostérone ? Comment y remédier ?

Les effets du déficit en testostérone

Arrivé à un certain âge, le taux de testostérone décroît. Il arrive même que la production s’arrête subitement. Chez les personnes concernées, il est observé une baisse de la libido, de la fatigue, une facilité à l’irritabilité en plus du dégoût de tout et des signes progressifs de dépression. La science propose des solutions. Cependant, elles ne sont pas les mêmes pour tous et pourraient présenter des inconvénients selon de chaque individu.

Testostérone et sexualité
Le sexe booste le taux de testostérone

La supplémentation en testostérone

Avant d’arriver à une solution médicinale au problème, il doit d’abord être prouvé par un spécialiste que le taux d’hormones est bien trop bas. Ensuite, il est essentiel de s’assurer que le patient n’a pas de problèmes de prostate ou de cœur durant les quelques mois précédant la prise du médicament. Après, le médecin vérifiera également les antécédents médicamenteux pour assurer qu’il n’y ait rien qui modifierait le taux de testostérone.

Ces conditions réunies seulement permettront à l’intéressé d’aller plus loin dans le traitement. Autrement, d’autres solutions lui sont conseillées. La plus simple reste une bonne nutrition.

Les inconvénients d’une supplémentation

Si le patient est apte à consommer des suppléments, il doit être prêt à en ressentir certains effets secondaires comme la confusion, un comportement agressif, des étourdissements, des maux de tête, une perte d’appétit, une fatigue inhabituelle, des perturbations du sommeil ou même des douleurs abdominales, une chute des cheveux, une mauvaise haleine, etc.

Ces changements physiques et psychologiques varient selon le patient cependant, ils sont plus ou moins les mêmes. Dans le cas où les conséquences sont graves et accentuées, il est préférable de demander de l’aide auprès d’un pharmacien au moins, afin qu’il comprenne votre cas et propose des solutions.

Les aliments qui favorisent la production de testostérone

Outre ces méthodes médicamenteuses, il est plus simple de surveiller son alimentation et se nourrir consciencieusement. En effet, votre corps améliore la production de testostérone quand vous favorisez les aliments comme les œufs, les choux, les grenades, l’avocat, l’avoine, les graines, le saumon, l’huître, la noix de coco ou même le bœuf (efficace chez les deux sexes). Privilégiez les aliments riches en protéines à partir de 40 ans où la baisse d’hormones est la plus remarquée.

Contre tous produits pharmaceutiques et autres additifs, l’idéal reste une bonne habitude alimentaire et les activités physiques régulières. Assurez-vous de manger correctement, boire suffisamment d’eau et de garder un œil sur ce qui passe dans votre organisme pour que tout traitement médicamenteux soit vraiment efficace.